SPLA : Portail de la diversité culturelle
Culturesmali

Entretiens avec Amahiguere Dolo

Entretiens avec Amahiguere Dolo
Genre : Portrait
Type : Documentaire
Rubrique : Cinéma/tv, Arts plastiques
Année de réalisation : 2004
Format : Long

Partagez :

Démarche expérimentale de recueil de paroles du sculpteur malien Amahiguere Dolo, dont la pratique point dans l'appel et la transgression de sa source ethnique.


"Sô" (La parole), interprétation par Amahiguéré Dolo de dispositifs rituels dogons. Parallèlement, présentation de la série photographique "Sô".



"Alors, que le continent africain se construise avec, avant tout, ses représentants ! Ce qui m'intéresse, c'est l'Afrique qui se dessine aujourd'hui avec ses habitants. Etre dans cette représentation contemporaine d'un point de la multitude qui résiste à un système dominant. Le projet pose, dans un monde multiple, la question de la représentation de l'autre : son espace, son identité, son centre. Le décalage, la rupture, la mise à distance du "ici", la porosité à l'autre sont des éléments qui dessinent mon projet."
Albert Clermont



En 1998, Albert Clermont fait son tout premier voyage au Mali.
Cette rencontre avec l'Afrique nourrira désormais tout son travail. En premier lieu photographique, ce dernier explore des sujets divers comme les architectures, les objets, les paysages... Mais l'artiste s'attelle également à la création d'installations et de vidéos, comme pour faire écho aux images fixes. A cela viennent s'ajouter, dès 2002, des entretiens réalisés avec des personnalités maliennes du monde de l'art. Cette année-là, il revient avec de nombreux portraits vidéo réalisés avec des artistes, des galeristes, des étudiants en art...
Pour ces entretiens, Albert Clermont choisit de filmer en plan fixe, caméra sur pied. Le portrait est plein cadre, avec une légère contre-plongée. Le son est uniquement constitué de la parole et des bruits environnants. Le montage respecte l'ordre des différents rendez-vous pris avec les gens. Les interventions de Clermont, par choix, sont réduites à leur minimum. Tout spectaculaire est retiré de l'image. Il ne s'agit pas là de faire des reportages sur un artiste africain, mais de vivre une expérience artistique avec lui.
"J'ai pris conscience qu'il fallait trouver une forme aux paroles que j'entendais là-bas. Cette parole avait été volée, détournée, caricaturée... reproduisant ainsi des comportements d'autorité et de soumissions dont nous connaissons bien des les prolongements négatifs. Un plan fixe et une prise de son minimale avec un micro et un montage sobre. C'est dérisoire, mais au fond l'essentiel est là. Je suis convaincu d'avoir pris la bonne décision. Cette contrainte est devenue un atout positif", assure Albert Clermont.
Avec ce même procédé, il repart donc en Mali au 2006 et réalise de nouveaux entretiens avec des personnes attachées au monde de l'art : Amahiguéré Dolo (artiste Dogon), Ludovic Fadaïro (peintre béninois), Abdoulaye Konaté (artiste et directeur du Conservatoire des Arts et Métiers multimédia à Bamako), Salia Malé (théoricien de la culture malienne et conservateur au musée de Bamako), Ténéman Samaké, Malick Sidibé (photographe), Ki Siriki (artiste burkinabé) et Amadou Chab Touré (galeriste, philosophe et critique d'art).

Plus d'infos

Laissez-nous vos commentaires !

Laissez-nous vos impressions, remarques, suggestions pour améliorer le nouveau site Sudplanète. N'hésitez surtout pas à nous rapporter les éventuels bugs que vous pourriez croiser.

Partenaires

  • Mali : PADESC